Blog - A la une
, , ,

Quelles sont les maladies que le jeûne peut soigner ?

Quelles sont les maladies que le jeûne peut soigner ? - Joozia

 

C’est une question un peu piège parce que vous attendez peut-être à ce que je vous liste toutes les maladies pour lesquelles le jeûne est efficace et vous vous attendez peut-être à voir cité une affection qui vous concerne ou qui concerne quelqu’un de votre famille ou de votre cercle amical… Eh bien : non ! En fait, il n’existe pas une telle liste dans le jeûne. 

Certains médecins comme le Dr Seignalet ont proposé avec un régime alimentaire toute une série de maladies pour lesquelles le régime est efficace. Par exemple, le Dr Seignalet avait 118 maladies listées qu’il pouvait améliorer ou guérir grâce à son régime sans lait, sans gluten, avec une cuisson à basse température. Pour le jeûne, c’est tout à fait différent et je vais vous citer la phrase que disait souvent le Dr Otto Boehringer, le fondateur des cliniques du même nom, qui est une des premières cliniques de jeûne en Europe : il répondait aux journalistes qui lui posaient la question “Quelles sont les maladies que le jeûne peut soigner ?” : “Mais pourquoi ne me demandez vous pas quelles sont les maladies que le jeûne ne peut pas soigner ?”. Et c’est bien vrai : parce que le jeûne est efficace dans 99% des pathologies. Nous cherchons peut-être à avoir une efficacité sur telle ou telle affection, nous cherchons à réfléchir, calculer combien de jeûnes, combien de jours, combien de fois pour avoir une rémission sur telle ou telle pathologie… La vérité, c’est que souvent cela dépend d’une personne à l’autre et en plus, il y a très peu d’études médicales sur le sujet. 

Ceci dit, certaines études ont été publiées et elles sont édifiantes. Et je vous encourage vraiment à tenter le jeûne, si ce n’est pas encore fait. Tout d’abord, une étude sur la longévité : pour toutes les personnes qui rêvent de vivre 120, 150 ans, essayez le jeûne. Il a été prouvé dans une étude de 1986, publiée dans Le journal de nutrition, qui dit que les souris pour lesquelles on a réduit la ration alimentaire de 50% ont vécu 35 à 65 % de temps plus longtemps. La restriction calorique, même s’il ne s’agissait pas de jeûne pur, mais le jeûne en fait partie, permet de vivre jeune plus longtemps puisqu’on détoxifie et régénère son organisme. Une autre étude qui a été publiée et qui a fait grand bruit à l’époque, c’est l’étude de 2001 sur l’hypertension. 89 % des patients qui avaient de l’hypertension moyenne à sévère n’avaient plus d’hypertension après dix jours de jeûne hydrique et une semaine de réalimentation végétarienne. Dans le centre de jeûne où j’anime des séjours de jeûne, j’ai pu remarquer qu’en général les personnes, au bout de cinq jours de jeûne, n’ont plus d’hypertension et ses résultats se montrent encore dans la continuité. Car, 3 à 6 mois après, les personnes maintiennent ces beaux résultats et n’ont plus d’hypertension (si bien sûr elles adoptent petit à petit des habitudes alimentaires et d’activités physiques qui leur correspondent). 

La glycémie, trop de cholestérol, triglycérides élevés : voici ce que votre médecin regarde sur votre bilan d’analyses sanguines et vous dit de vous médicamenter. Pensez au jeûne et donnez-vous une dernière chance parce que souvent la glycémie et le taux de cholestérol sont normalisés en quelques jours de jeûne et par la suite, avec une alimentation un peu plus équilibrée que celle pratiquée jusqu’à présent. Bien sûr, faites toujours un jeûne en concertation avec votre médecin ou votre spécialiste pour ne pas vous mettre en danger. 

Autre étude qui a été prouvée : c’est l’étude en Allemagne sur des patients qui avaient des douleurs chroniques, des patients assez âgés généralement qui souffraient de différentes affections, qui avaient beaucoup de douleurs dans les membres, beaucoup de rhumatismes. 90 % de ces patients se sont sentis mieux au bout d’un jeûne de 10 jours hydrique. Il n’y a pas vraiment de rémission, mais on a mesuré ici le bien-être et le niveau de douleur ressentie. Il y a d’autres études qui ont été faites sur l’asthme et les allergies en général. C’est un jeûne de 14 jours hydrique qui permet de ne plus avoir d’allergies saisonnières.

Dernières études publiées sur le jeûne, ce sont les études de Dr Yuri Nikolaev, en ex-Union Soviétique où il a suivi 10 000 patients qui avaient des troubles psychiatriques. C’est vraiment édifiant sur des patients atteints de schizophrénie. Lorsque la schizophrénie datait de moins d’un an, il y avait 90% d’amélioration et rémission avec des jeunes de 14 à 21 jours et ce pour toute la vie. Lorsque la pathologie datait de cinq ans ou plus, les améliorations ou rémissions étaient de l’ordre de 40 à 60% et c’est donc supérieur à n’importe quel résultat qu’on pouvait attendre des molécules chimiques ou des traitements médicamenteux. 

Le jeûne est efficace sur des milliers d’autres affections. Celle que je cite le plus souvent, c’est la migraine. Mais aussi les pathologies au niveau système digestif, que ce soit au niveau de l’estomac ou de l’intestin. Elles sont améliorées, voire on note une rémission avec plusieurs jours de jeûne. Les pathologies auto-immunes peuvent également être améliorées. Tous les problèmes hormonaux : fertilité, endométriose, syndrome prémenstruel, douleurs pendant les règles, troubles de la ménopause, etc. Toutes ces pathologies sont améliorées par le jeûne parce qu’il y a une détoxination fabuleuse au niveau hormonal. Il y a une régénération qui s’opère avec le jeûne. 

Le cas du cancer pose beaucoup de questions parce que les études publiées, notamment par le chercheur Valter Longo en 2007, ont porté tout d’abord sur des rats et non des êtres humains. L’étude portait seulement sur un jeûne 48 heures, avant un traitement de chimiothérapie. Ce qui a été prouvé, c’est que les souris qui avaient jeûné avant le traitement de chimiothérapie avaient toutes survécu, contrairement aux souris qui avaient été nourries normalement (70 % d’entre elles étaient mortes ou complètement amorphes dans leur cage). L’étude ici faisait le lien entre cancer, chimiothérapie et jeûne. Ce qui n’est pas étudié de manière scientifique, c’est l’effet du jeûne sur le cancer. On  trouve sur internet des témoignages de personnes qui ont fait 21, 28 jours de jeûne et elles rapportent qu’elles ont pu guérir dans les premiers stades. Lorsque le stade est terminal, c’est beaucoup plus dur et beaucoup plus risqué. 

Ce que je vous conseille, c’est de toujours prendre conseil auprès de votre spécialiste si vous souffrez d’une affection et de prendre conseil auprès de personnes qui ont peut-être une expérience, mais aussi de lire des ouvrages de référence et de tester sur vous-même. Dans tous les cas, le jeûne vaut la peine d’être testé lorsqu’on l’adapte bien sûr à son état de vitalité, son état de santé. 

Bien entendu, personne ne pourrait recommander de faire un jeune très long si la personne a perdu énormément de poids, est très affaiblie et très dévitalisée. On ne va pas s’embarquer pour un jeûne de 21 ou 28 jours. Mais, on peut peut-être voir pour faire des jeûnes plus courts, des jeunes modifiés. Et pour ce faire, un naturopathe compétent pourra vous aiguiller pour adapter le jeûne à votre organisme, aux affections éventuelles que vous voulez traiter.

Le jeûne n’est pas seulement une restriction calorique, surtout dans le cas de pathologies. C’est là qu’on peut parler de jeûne holistique. On va pouvoir l’allier à la méditation, l’ancrage, la connexion à soi, la connexion à la nature… Lorsqu’on va réfléchir sur ses pensées, sur son environnement de vie, sur tout ce qui fait l’être humain… Nous savons à l’heure actuelle que les émotions, que notre attitude par rapport à la vie, notre profil psychologique va influer grandement sur notre capacité de taux de guérison. Donc : pensez à faire un jeûne qui soit vraiment holistique et voir tout ce que votre corps, votre esprit et votre âme comportent pour avoir des résultats optimaux. 

 

Justine Lamboley

The following two tabs change content below.

Joannie

Joannie carbure au kombucha, au yoga et… aux câlins de ses chats! Curieuse de nature, elle tend vers un art de vivre plus éthique et sain. Amoureuse du vivant et militante en faveur du bien-être animal, elle a adopté un mode de vie végane il y a quelque temps. Rédactrice et stratège Web, elle a l’œil pour dénicher les plus récentes tendances et vous les présenter.

Derniers articles parJoannie (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire