Blog - A la une
Les douleurs menstruelles - 5 conseils pour les soulager - Joozia

Je vais vous donner cinq conseils pour soulager ces douleurs que l’on appelle également dysménorrhées et qui concernent aujourd’hui entre 50 et 80% des femmes en âge de procréer, à partir de l’adolescence, ce qui peut entraîner de nombreux problèmes d’absentéisme au travail et dans le milieu scolaire. 

Les douleurs durent généralement entre 2 à 3 jours. Elles sont localisées dans le bas du ventre, parfois dans le bas du dos et peuvent dans les cas les plus intenses s’accompagner de nausées, de vomissements et de maux de tête. Qu’est ce qui se passe réellement ? Pourquoi ces douleurs arrivent-t-elles ?

Quand l’ovule n’est pas fécondée, l’utérus va se contracter pour éliminer l’endomètre, qui est la couche de revêtement à l’intérieur de l’utérus. Pour éliminer le sang, il peut y avoir une surproduction de prostaglandines qui sont des hormones qui vont provoquer ces douleurs. 

Voici mes 5 conseils pour soulager et accompagner ces douleurs le plus naturellement possible.

 1 ) Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’endomètre est également un émonctoire, un organe d’élimination. En tant que femmes, nous avons un organe d’élimination supplémentaire par rapport aux hommes :  c’est une chance ! On a cette possibilité d’éliminer nos toxines de manière plus rapide, plus intense. Mais, cela peut parfois  créer des douleurs.

Puisque l’endomètre se desquame et élimine ainsi des toxines, on peut tout à fait imaginer que moins on a de toxines à éliminer, moins les douleurs vont être intenses. Donc ce qui m’amène au premier point qui est de vraiment soigner son hygiène de vie,  adopter une alimentation hypotoxique composée majoritairement de fruits de légumes, d’éviter donc le tabac, l’alcool, d’avoir une activité physique régulière… Tout ceci va permettre d’avoir moins de toxines à éliminer et donc d’avoir moins de douleur. 

On sait que ce qui va activer tout particulièrement la production de prostaglandines est le sucre raffiné. S’il y a vraiment une chose à éviter juste avant les règles, de manière générale aussi bien sûr, c’est ce sucre raffiné. On aura également tout intérêt à ajouter dans son alimentation des oméga 3 qui vont calmer, vont réduire la production de prostaglandines. On privilégiera les petits poissons gras tels que le maquereau, la sardine, les bonnes huiles végétales. Vous pouvez trouver également des oméga 3 dans les noix et les graines. Il va être conseillé également de limiter la viande rouge qui contient de l’acide arachidonique. Cet acide arachidonique va favoriser également la production de prostaglandines, donc un régime végétarien voire même végétalien peut être tout à fait indiqué pour les personnes qui sont vraiment gênées par les douleurs.

2) Mon deuxième point est plutôt symptomatique. Si vous avez des douleurs de règles, vous pouvez accompagner cette élimination de toxines par l’application d’huile de ricin en externe, en cataplasme donc au niveau des douleurs au bas du ventre, dans le bas du dos. L’huile de ricin va activer l’élimination des toxines à travers la peau et permettre de soulager les douleurs. 

3) Une supplémentation en vitamine C, en vitamine B6 et en magnésium qui va permettre également de réduire la production de prostaglandines et donc la douleur.

 4) La gestion du stress. Puisque le stress est acidifiant, il va également engendrer la production de prostaglandines. On a tout intérêt à mettre en place tout ce que l’on va pouvoir trouver comme technique de gestion du stress, tout ce qui va nous être efficace. Cela peut être de la méditation, de la sophrologie, de la visualisation. Tout ce qui va permettre de calmer le système peut être bon pour soulager les douleurs. Dans le même ordre, il est conseillé d’éviter les excitants car ils vont agir de la même manière au niveau physiologique. La consommation de café par exemple pendant les règles, si vous avez des douleurs, est complètement à éviter.

5) Mon cinquième et dernier point est un petit peu plus philosophique on va dire, c’est la façon dont on accueille ces règles, dont on accueille sa féminité.

Si on voit ces règles comme quelque chose de pénible, de handicapant, un mauvais moment à passer, il est certain que les douleurs vont être amplifiées. Le fait d’accueillir ces règles comme peut-être un moyen de ceux détoxiquer peut tout à fait changer sa vision de cette période qui est tout à fait bénéfique pour le corps d’une femme dans le mois. En changeant ses croyances, on va aussi pouvoir agir sur les douleurs puisque les émotions qui vont être générées vont être tout à fait différentes, et croyez moi cela va avoir un impact non négligeable sur les symptômes que l’on peut ressentir au moment des règles.

 Bien sûr il ne faut pas hésiter à consulter si les douleurs sont invalidantes et ont un impact sur la qualité de vie, le moral… Il peut y avoir aussi derrière l’endométriose donc il ne faut pas hésiter à consulter. 

The following two tabs change content below.
Naturopathe spécialisée dans l'accompagnement des personnes hypersensibles et Haut Potentiel, rédactrice web et maman, Nathalie est de nature intuitive, joyeuse et passionnée. Elle partage, à travers ses accompagnements et ses formations, une vision holistique de la santé et du bien-être pour une vie remplie de lumière, de joie et de vitalité.

Derniers articles parNathalie Gaillard (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire