Blog - A la une
,

Les dangers des ondes électromagnétiques pour les enfants et ados

Les dangers des ondes électromagnétiques pour les enfants et ados joozia

Aujourd’hui nous allons parlé d’un sujet important de nos jours : les dangers des ondes électromagnétiques et les conseils à appliquer.

Comme vous pouvez le vivre également de votre côté, les écrans de toutes sortes font désormais partie intégrante de nos vies au quotidien comme une révolution numérique à laquelle nous n’étions pas vraiment préparés.

Nos sociétés actuelles ont beaucoup évolué d’un point de vue technologique et la plupart des enfants y sont confrontés dans leur foyer dès le plus jeune âge :  la télévision, la tablette, les téléphones portables et les ordinateurs portables. Il est important d’être très vigilants en tant que parents car les rayonnements électromagnétiques et la surexposition aux écrans présentent de sérieux dangers pour leur développement physique et mental.

En effet, la boîte crânienne de l’enfant qui est plus petite que celle des adultes n’est pas encore formée entièrement et donc les toxiques passent plus facilement la barrière hémato-encéphalique.

Les dangers des ondes électromagnétiques pour les enfants et ados joozia 2

Les risques de ces ondes sur les enfants sont les suivants : troubles de l’attention, troubles de la concentration de la mémoire…Leur sociabilisation est altérée : troubles nerveux, insomnies, agressivité ou encore des difficultés scolaires. Il y a aussi de nombreux cas sur les troubles émotionnels, des énervements quotidiens, ou un repli sur eux-mêmes et dans d’autres cas les excès d’onde peuvent provoquer des maladies hélas plus graves…

Autre fait inquiétant remarqué par les études scientifiques, l’enfant se désintéresse complètement des jeux d’extérieur comme les puzzles, la lecture ou des jeux de construction. Les jeux sont pourtant nécessaires et indispensables à leur évolution mentale et psychique. On note aussi un manque d’intérêt pour l’activité physique qui est indispensable à leur développement.

Selon une récente étude conduite par des chercheurs canadiens, les analystes auraient établi un lien direct entre le temps passé sur les écrans, le sommeil et les performances cognitives des enfants. Les enfants qui passent plus de 2 heures par jour sur les écrans (2 heures qui est malheureusement une durée courante) auraient de moins bonnes capacités cognitives que ceux dont l’exposition est plus limitée. C’est ce que constate aussi une étude publiée dans la revue britannique Lancet Child : cette étude a porté sur 4500 enfants de 8 à 11 ans à travers les États-Unis. Alors sur la totalité des enfants qui participaient à l’enquête, seulement 1  enfant sur 20 à cocher les trois cases des recommandations. Presque 1 enfant sur 3 ne remplissait aucune donc le sommeil était insuffisant, le temps d’écran trop long, aucune activité physique et un comportement altéré.

 

Alors sans être défaitiste, la bonne nouvelle est que nous pouvons remédier à ces effets néfastes avec attention et précautions.

En France, voici les recommandations officielles du Haut Conseil de la Santé :

  • pas d’écran allumé ni utiliser une 1 heure avant l’endormissement, ni pendant les repas ce qui pourrait modifier leurs comportements alimentaires forcément
  • pas d’écran dans la chambre de l’enfant ou de l’adolescent
  • interdire totalement les écrans avant l’âge de 3 ans
  • les bébés ne doivent pas être installés devant la télévision même si c’est involontaire car les nourrissons capteraient tout de même les images ce qui serait néfaste pour leur développement
  • les tablettes peuvent être utilisés selon l’AFPA (Association Française de Pédiatrie Ambulatoire) à partir de 2 ans et demi avec la présence d’un parent et seulement dans le but de jouer et surtout jouer ensemble 
  • pas de console de jeux avant l’âge de 6 ans. L’âge où l’enfant apprend à écrire. À cet âge l’enfant devrait développer son imagination à travers des activités créatives
  • pas d’accès internet avant 9 ans pour éviter les images qui ne serait pas adapté
  • on désactive le WIFI à la maison pendant la nuit
  • alors pour les adultes et les adolescents téléphoner avec un kit mains libres va éviter les ondes en contact direct avec le cerveau
  • dans la voiture on est vite dans la mesure du possible usage du bluetooth du WIFI du gps et de tous ses accessoires
  • à la maison on évite l’utilisation du baby phone

Pour terminer, voici des règles faciles à retenir pour préserver nos enfants des effets néfastes des écrans. Elles ont été communiquées par Serge Tisseron psychiatre et chercheur et qui est membre de l’académie des technologies.

  • alors avant 3 ans aucun écran
  • avant 6 ans pas de console de jeu mais oui à la télévision mais limité avec programmes adaptés à leur âge
  • définir un code parental pour les accès aux programmes télévisés
  • avant 9 ans, pas d’accès à internet seul pour éviter les contenus et images non adaptés à leur âge et les fausses informations qui circulent. Par ailleurs, il est aussi important de définir un code parental aussi pour contrôler certains types de sites internet non appropriés
  • à partir de 12 ans, internet seul oui mais sous surveillance avec un temps limité
  • pas de réseau social comme Facebook ou Instagram avant 12 ans et on garde un accès parental sur ses réseaux.

Il est primordial de parler avec l’enfant et de lui expliquer les dangers d’internet si cet outil est mal utilisé.

En conclusion, pour leur développement serein, les enfants ont davantage besoin d’attention que d’applications.

The following two tabs change content below.

Céline Camilleri

Céline est praticienne naturopathe spécialisée en santé intestinale, en nutrition, et troubles nerveux, pour adultes et enfants. Auteure d'un livre sur l'immunité et la naturopathie, et passionnée depuis toujours par le Vivant, elle accompagne avec passion et engagement les personnes désireuses de prendre soin de leur santé au naturel.
0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité