Blog - A la une
,

Comprendre le système endocannabinoïde

Comprendre le système endocannabinoïde joozia

 

Le système endocannabinoïde, qu’est-ce que c’est ? Ça vous fait penser à “cannabis”, n’est-ce pas ? Et c’est bien normal car on l’a identifié grâce à des plantes de la famille du cannabis. Ces substances interagissent avec des récepteurs de notre corps.  

On s’est également aperçu que notre corps possède son propre fonctionnement, ses propres molécules cannabinoïdes. La raison pour laquelle on l’appelle système endocannabinoïde : “endo” pour dire qu’il est “interne à notre corps”. 

Qu’est-ce que ce système va réguler ? Comment fonctionne-t-il ? 

Il est présent un peu partout dans notre organisme. On le retrouve au niveau des grands excréteurs : le foie, les reins et les poumons. On le retrouve également au niveau du système nerveux central, au niveau de notre cerveau, au niveau périphérique. On le retrouve sur le système digestif, sur le système immunitaire. On le retrouve au niveau des organes sexuels, des testicules, des ovaires. 

Il est donc présent un peu partout dans notre organisme et cette présence signifie déjà une chose : c’est qu’il joue un rôle primordial pour notre corps. On pense aujourd’hui que ce système intervient au niveau de la régulation et de l’homéostasie. C’est l’équilibre de notre corps. Ce système permet de maintenir notre corps en état d’équilibre. 

Concrètement si je pose mon stylo sur un support fixe, une fois qu’il est posé en équilibre, il ne bouge plus ; si je le mets sur mon doigt, on obtient un équilibre qui n’est pas parfait tout simplement parce que mon doigt est relié à mon corps, que mon corps est vivant et que tout ce qui est vivant et dynamique.

Ainsi, si vous observez le stylo de manière précise, vous allez voir que tantôt il bouge à droite, tantôt il bouge à gauche. L’homéostasie, c’est la même chose : c’est une succession de déséquilibres qui créent cet équilibre, mais cet équilibre est nécessaire pour la vie. C’est la raison pour laquelle notre système endocannabinoïde est très important. Quand l’équilibre est rompu, que se passe-t-il ? Si je reprends mon stylo, il tombe. Alors, heureusement, dès que notre équilibre bouge, nous ne tombons pas de cette façon-là. Lorsque le point d’équilibre est déplacé car le corps est en surmenage, nous allons tout le temps jongler entre l’accélérateur, le frein, la stimulation et la relaxation. 

Pour notre corps, si nous bougeons trop d’un côté, l’équilibre est rompu. Pour maintenir le système encore dans un état d’équilibre, il va falloir appuyer du côté gauche du stylo pour éviter qu’il ne tombe du côté droit. Le système endocannabinoïde fonctionne de la même manière :  il va contribuer à compenser les déséquilibres qui se créent en raison d’un état de surmenage, pour éviter de tomber dans une situation de maladies chroniques, donc que ce stylo s’effondre. 

Je ne vais donc pas vous énumérer les bénéfices, puisque le but est de maintenir un état d’équilibre, maintenir le corps dans un état de fonctionnement satisfaisant. Quelles sont les conséquences d’un déséquilibre ? Elles sont très nombreuses. Voyons les 5 conséquences importantes qui permettent de comprendre cette notion globale.

  1. Le stress 

Le système endocannabinoïde est un moyen pour notre corps de mieux supporter le stress. Lorsqu’il se fragilise, notre sensibilité au stress augmente. Et bien sûr toutes les conséquences liées au stress s’installent : problèmes cardiovasculaires, hypertension, risque accru de diabète, d’obésité, d’ostéoporose, perturbations du système immunitaire, troubles hormonaux, etc. 

  1. La douleur

Vous avez probablement remarqué que nous n’avons pas tous les mêmes seuils de tolérance à la douleur. Certaines personnes vont prendre un coup, avoir mal un petit peu et puis c’est tout. D’autres personnes vont ressentir fortement la douleur. Cela est conditionné, entre autres, par notre système endocannabinoïde. Il est donc important qu’il soit dans un état satisfaisant pour contrebalancer ces douleurs et permettre à notre corps de les supporter plus efficacement. 

  1. L’inflammation 

Tout comme la douleur, l’inflammation est nécessaire. La douleur est importante parce qu’elle limite nos activités et nous empêche de faire un certain nombre de choses. Nous allons donc plus nous reposer et favoriser la récupération. L’inflammation va favoriser la cicatrisation, la récupération. Le problème c’est que si cette inflammation devient chronique, cette inflammation perdure. Elle va perdurer parce que le corps n’arrive plus à maintenir l’équilibre. On est tout le temps dans le processus de terrain inflammatoire.

  1. Le sommeil 

Le sommeil est régulé en partie par ce système endocannabinoïde. C’est lui qui nous permet d’avoir un sommeil de qualité, alors ces dérèglements du sommeil ne se voient pas toujours immédiatement. Il y a un lien avec le stress. Le stress perturbe le sommeil, affecte le circuit de la sérotonine. Et le sommeil est conditionné aussi par ce circuit de la sérotonine puisque la mélatonine est produite à partir de la sérotonine. Ce qui fait que le système endocannabinoïde va aussi avoir un effet sur notre capacité à récupérer.

  1. Le système digestif

Le système endocannabinoïde va conditionner notre capacité à digérer et bien sûr notre capacité à lutter contre l’inflammation dans le système digestif. Tout ce qui agresse notre système digestif fragilise notre corps. Le système endocannabinoïde a un très gros travail à faire au niveau digestif pour lutter contre l’inflammation. 

Une fois que l’on sait tout ça, qu’est-ce qu’on fait ? On peut penser à des compléments comme le CBD. Comme vous pouvez le constater, le système endocannabinoïde est un système de terrain, il régule de nombreuses fonctions. Au niveau de l’industrie du médicament, ce n’est pas forcément bien vu puisqu’on aimerait avoir un médicament pour un problème. Sachez que nous sollicitons notre système endocannabinoïde par l’alimentation depuis notre plus tendre enfance. Le lait maternel nous apporte des substances endocannabinoïdes. Ce lait maternel nous permet, grâce à ces substances, de nous relaxer plus facilement, de lutter contre les douleurs liées aux poussées dentaires ou liées à la croissance. Mais ensuite dans notre alimentation, d’autres éléments vont conditionner une bonne activité de ce système. 

Limiter 

  • Tout ce qui crée beaucoup de surmenage, une exposition importante au stress, une alimentation industrielle de mauvaise qualité…
  • L’utilisation récurrente de stimulants : le café, le sucre, les drogues, alcool. Ce sont des éléments qui vont fragiliser notre équilibre au niveau du système endocannabinoïde.
  • Les facteurs de mauvaise gestion créent de l’inflammation et sollicitent excessivement ce système.

Pour le soutenir : 

  • Au niveau alimentaire, ce sont des nutriments. Penser aux oméga-3, qui nous manquent le plus. Concrètement, on a Oméga-3 et Oméga-6 qui sont les précurseurs du système endocannabinoïde, des endocannabinoïdes que notre corps produit. Quand nous en manquons, nous avons un déséquilibre qui se crée. Nous savons aujourd’hui que quand il y a trop d’Oméga-6 par rapport aux Oméga-3, on a un terrain inflammatoire qui se développe. On glisse peu à peu vers l’inflammation chronique. 

La conversion de ces oméga-3 fait intervenir d’autres éléments. Si on manque de ces éléments, on peut créer aussi un déséquilibre au niveau du système cannabinoïde alors que l’on a des oméga-3 en quantité suffisante. Le zinc, le magnésium, la vitamine C, la vitamine B3 et B6, par exemple, sont des éléments qui vont intervenir dans la conversion de ces Oméga-3. Ce qui veut dire dire que quand on en manque, on crée déjà un déséquilibre, un déficit. Comme vous le savez, le magnésium comme la vitamine C sont deux éléments qui sont très fréquents au niveau des déficits rencontrés.  

  • La vitamine D a une interacton plutôt indirecte. Dans notre corps, nous avons plein de boucles de contrôle, de rétro-contrôle quand on fait une activité en fonction de ce qui se passe. Au niveau du système endocannabinoïde, on ne produit pas des molécules pour en produire. Notre corps va produire des molécules cannabinoïdes. S’il n’y en a pas assez, on va en produire plus et s’il y en a trop, on va arrêter d’en produire et on va détruire les molécules en excès. Il y a un équilibre qui est très précis. Ce rétrocontrôle va se faire avec différentes voies dans l’organisme, et le cycle de la sérotonine est très étroitement lié au système endocannabinoïde. La vitamine D va avoir un lien important avec le moral, les neurotransmetteurs et la sérotonine. On estime donc qu’il y a ) peu près 80 % de la population qui est en déficit, voire en carence importante en vitamine D. Ça peut expliquer aussi cet emballement de l’organisme au niveau immunitaire, au niveau inflammatoire conditionné en profondeur par ce système cannabinoïde.
  • Au-delà de l’alimentation du quotidien, au-delà de se supplémenter sur certains éléments qui pourraient peut-être faire défaut chez nous, nous pouvons agir sur des cures où on va retirer pendant quelques jours ou quelques semaines certains aliments qui posent problème, certains aliments qui sont trop riches, des aliments qui sont lourds à digérer. On va avoir des aliments qui vont être plus légers, plus faciles à supporter pour le corps. Une cure alcaline, une monodiète, une cure avec des fruits et légumes ou encore des jus. On peut même aller jusqu’au jeûne si votre corps peut le supporter. Toutes ces choses-là peuvent aider à accélérer le retour à l’équilibre au niveau du système cannabinoïde.
  • On peut aussi avoir recours à des produits comme le CBD. Il ne va pas tout résoudre tout seul, ça va être une aide, un accélérateur pour pouvoir ramener les choses à l’équilibre. Mais, un accélérateur ne pourra ramener les choses à l’équilibre que si le terrain peut revenir à l’équilibre. S’il y a des freins sont trop importants, s’ils bloquent, le produit peut soulager, mais il ne réglera pas complètement le problème.

Il faut vraiment travailler sur ce terrain et se soutenir. Se soutenir sans travailler le terrain ça donnera un soulagement temporaire, mais qui risque de s’effriter petit à petit. 

Raphaël Perez

The following two tabs change content below.

Joannie

Joannie carbure au kombucha, au yoga et… aux câlins de ses chats! Curieuse de nature, elle tend vers un art de vivre plus éthique et sain. Amoureuse du vivant et militante en faveur du bien-être animal, elle a adopté un mode de vie végane il y a quelque temps. Rédactrice et stratège Web, elle a l’œil pour dénicher les plus récentes tendances et vous les présenter.

Derniers articles parJoannie (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire